IndesideratiQuali effets sont les effets secondaires de la Onilaq?

Posted on

Dans ces cas-là, les biothérapies pour le psoriasis sont porteuses d’espoir.

Différents médicaments anti-TNF alpha sont actuellement disponibles. La première raison semble être d’ordre médical : on manque encore de recul pour juger la tolérance aux traitements et aux effets secondaires potentiels. Les biothérapies pour le psoriasis sont donc proposées comme une alternative aux traitements systémiques classiques, dans le cas où ces derniers seraient inefficaces. «Dans 80 % des cas, c’est une maladie bénigne, mais elle peut être problématique quand les plaques sont visibles et les patients en souffrent», note la dermatologue. En parallèle à ces stratégies thérapeutiques basées sur la prise de médicaments, rééducation et séances de kiné occupent une place majeure dans tout traitement contre le psoriasis articulaire. Aujourd’hui, plusieurs biothérapies sont indiquées dans le traitement du psoriasis. Les deux premiers médicaments approuvés dans cette indication font partie de la famille des anti-TNF alpha, l’étanercept (ENBREL®) et l’infliximab (REMICADE®) déjà utilisés contre la polyarthrite rhumatoïde. Depuis plus de trois décennies, le méthotrexate est employé dans les psoriasis sévères, notamment ceux qui recouvrent plus de 20 % de la surface corporelle. Et pour la plupart des patients, les résultats sont toujours effectifs à 1 an de traitement.

IndesideratiQuali effets sont les effets secondaires de la Onilaq?

  • le surpoids puisque 30 à 40% des patients avec psoriasis sévère ont un problème de surpoids.
  • les maladies cardio-vasculaires, avec lun risque particulièrement augmenté en cas de psoriasis sévère.

Pour l’Humira®, les résultats du traitement sont aussi très bon puisque 70% des personnes voient leurs plaques blanchies après 4 mois.

En effet, 70% de résultats concluants sont dénombrés avec le recul ou du moins le blanchiment des plaques de psoriasis. Nous rapportons le cas d’une fasciite à éosinophiles réfractaire ayant conduit à l’indication d’un traitement par anti-TNF alpha de type infliximab, compliqué d’une poussée de psoriasis cutané. Cet effet indésirable rarement décrit dans la littérature, est d’autant plus surprenant que les anti-TNF alpha ont récemment démontré leur efficacité dans le traitement du psoriasis. Elle a bénéficié initialement d’un traitement par méthotrexate jusqu’à 20 mg/semaine puis par cyclosporine, sans efficacité, ce qui a conduit à l’instauration d’un traitement anti-TNF alpha de type infliximab. Au vu de l’évolution favorable du psoriasis sous traitement local et de l’amélioration partielle de la fasciite de Shulman sous anti-TNF alpha, une quatrième perfusion de Remicade est réalisée. On n’observe alors aucune amélioration de la fasciite et une exacerbation du psoriasis conduisant à l’arrêt définitif du traitement anti-TNF alpha. Le psoriasis cutané induit par traitement anti-TNF alpha a été rarement décrit. Cet effet indésirable est d’autant plus inattendu que ces 2 molécules ont bien montré leur efficacité dans le traitement du psoriasis. Compte tenu de l’augmentation des indications du traitement anti-TNF alpha, on devrait s’attendre à rencontrer d’autres cas de psoriasis induit.

Quand le psoriasis se déclare, c’est pour toute la vie. Il peut être très gênant (démangeaisons, saignements, lésions). Un nouveau traitement va vous changer la vie !

  • Risque infectieux et biothérapies

Il s’agit des biothérapies du psoriasis, qui miment la nature car ils sont le plus souvent à base de molécules naturellement présentes dans l’organisme.

Les biotherapies sont des molecules biomimétiques comportant de nombreux effets secondaires, reservees au traitement du psoriasis resistant aux autres therapeutiques. Les biothérapies sont utilisées en cas de  contre-indication, inefficacité ou intolérance des traitements conventionnels du psoriasis (voir traitement du psoriasis). Elles sont bénéfiques pour les patients atteints de psoriasis articulaire, douloureux et handicapant. Cette découverte pourrait changer la vie des patients touchés par le psoriasis, d’autant plus que ce traitement pourrait être bientôt disponible. Depuis 2005, les biothérapies ont enrichi l’arsenal thérapeutique pour le traitement du psoriasis modéré à sévère en France. A ce jour, on estime qu’environ 5 200 patients sont traités, dans l’Hexagone, par cette classe thérapeutique avec des résultats globalement très positifs. L’inflammation cutanée était considérée comme un effet secondaire de la maladie. Cependant, le manque de recul, les effets secondaires déjà constatés et leurs coûts limitent leur utilisation aux cas modéré ou sévères de psoriasis et sont généralement donnés en seconde intention. Des études sont encore en cours pour améliorer les effets secondaires souvent associés à ces traitements (douleur et sensation de brûlure au niveau du tissus traité).

Vulgaire en plaqueEN goutttePustulose palmo plantaire (rapproche du SAPHO)Maladie de Verneuil Hydroadénite suppuré creux axillaire PSORIASIS DANS LA FAMILLE ? (Dans les rhumatisme psoriasique dans psoriasis +++)

  • Risque cancéreux et biothérapies

La plupart des psoriasis ont une évolution bénigne mais 20% des cas sont considérés comme des formes modérées à sévères.

Elles sont habituellement nombreuses dans le psoriasis en gouttes, alors que dans le psoriasis en plaques, il peut y avoir une plaque isolée ou au contraire de multiples lésions. Les ongles, qui sont parfois touchés au cours d’un psoriasis, peuvent n’être que la seule localisation de la maladie chez certaines personnes. Le traitement du psoriasis s’inscrit dans la durée et il est très important de définir avec son médecin des objectifs de traitement commun. Dans le domaine du psoriasis, l’association pour la lutte contre le psoriasis peut être d’une grande aide au quotidien. Ces anomalies expliquent pour partie le risque cardio-vasculaire qui est accru chez les patients atteints de psoriasis avec sur risque d’accident vasculaire cérébral, infarctus du myocarde etc. Elles sont réalisées chez un dermatologue, avec un médicament photosensibilisant (ce qui augmente l’efficacité des UVA), comme le méthoxsalène, ou conjointement avec un traitement local. Les 4 médicaments utilisés à l’heure actuelle sont des anti-TNF alpha. Le traitement par ixékizumab réduit l’érythème, l’induration et la desquamation présente dans les lésions du psoriasis en plaques. Certaines maladies sont plus fréquemment observées chez les patients atteints de psoriasis que dans la population générale.

PSORIASIS DANS LES CHEVEUX : psoriasis du cuir chevelu, « dans la tete »

Quels sont les effets secondaires ?

Ce furent d’abord les anti-TNF alpha, puis les anti-IL12/23 et très récemment les anti-IL17. Ces anticorps sont dirigés spécifiquement contre une cible importante dans le développement du psoriasis. Toutes ces molécules sont efficaces sur la maladie de peau mais aussi sur l’atteinte articulaire du psoriasis. Chaque molécule a un profil d’effets indésirables spécifiques mais certains sont communs. Les biothérapies sont donc des traitements importants dans la prise en charge du psoriasis cutané, notamment des cas les plus sévères. Dans 5 à 7 % des cas de psoriasis, les articulations peuvent aussi être touchées par la maladie, aussi bien les articulations périphériques que la colonne vertébrale et les tendons. Dossier sur Allôdocteurs.fr : Sur le forum : Le traitement des psoriasis modérés à sévères s’est largement étoffé ces dernières années avec l’arrivée sur le marché des biothérapies. Ils sont très chers (plus de 10 000 euros par an) ; le patient doit donc avoir une mutuelle ou être à 100% pour en bénéficier. Comme tout traitement, les biothérapies ont des effets indésirables, qu’il convient de comparer à ses bénéfices.

Les biothérapies sont-elles efficaces contre le psoriasis ? Comment agit la vitamine D3 dans le traitement du psoriasis ?

Ce centre permet d’apporter une expertise multidisciplinaire dans la prise en charge des patients atteints de psoriasis.

et à ·                     une amélioration des lésions de psoriasis (PASI 75) chez 61,1 % des patients traités par Cosentyx® à la semaine 24 versus 8,3% dans le groupe placebo (p<0,001) 16. Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés étaient des infections des voies respiratoires hautes (rhinopharyngite ou rhinite dans la plupart des cas). D’autres effets indésirables liés à l’immuno-dépression peuvent survenir de manière plus rare, dont des risques de cancers. Chez les patients atteints de psoriasis, l’infiltration par les cellules inflammatoires, y compris les cellules T, conduit à une augmentation des taux de TNFα dans les lésions psoriasiques. Leur développement peut accélérer l’élimination de l’anti-TNFα et ainsi diminuer son efficacité, voire induire des effets indésirables. Les mêmes effets pourraient résulter de l’association d’anakinra avec les autres anti-TNFα, cette association est donc déconseillée. Les patients peuvent être préalablement traités avec un antihistaminique, de l’hydrocortisone et/ou du paracétamol afin de prévenir la survenue d’effets indésirables légers et transitoires. Les principaux effets indésirables sont décrits dans le tableau 1.